banniere
Accueil                  Qui sommes-nous ?                 Charte Qualité                     Contactez-nous

 

Accueil
Qui sommes-nous ?
Charte Qualité
Contactez-nous

 
Anatomie
Tendinite

Capsulite Rétractile


Épicondylite


Entorse du genou
Quoi faire devant une entorse ?
Rupture du LCA

LCA opéré

Syndrome Rotulien
Gonarthrose

Cheville
Entorse de cheville

Prévention des entorses
Tendinite d'Achille

Rupture du Tendon d'Achille

Dos
Douleur de dos

Lombalgie Prévention 
Lombalgie Exercices

Dos & Grossesse
Hernie discale opérée

Muscles
Accident Musculaire

Traitement des Accidents Musculaires

Tennis-Leg

Divers

Conseils au Sportif

Accidents Sportifs

Gym & croissance

Appareillage

Ondes de choc

Traitement par PRP

 


Accueil >  autres rubriques > PRP

Traitement par PRP

 
Le traitement par injection de PRP (Plasma Riche en Plaquettes) est une nouvelle méthode de traitement des problèmes tendino-musculaire et articulaire (tendinite, déchirure musculaire...).  Il découle directement des nouvelles connaissances sur la cicatrisation des tissus et sur l'origine des tendinites. 

On sait maintenant que les tendinites ne sont pas causées par une inflammation des tendons mais sont plutôt dues à une dégénérescence des fibres tendineuses, un peu comme dans l'arthrose pour le cartilage. Les objectifs actuels du traitement sont donc de permettre la cicatrisation des fibres tendineuses abîmées en favorisant la synthèse de nouvelles fibres saines.

On sait également que cette synthèse est sous le contrôle d'un certain nombre de processus chimiques et hormonaux comme le facteur de croissance, (GF...). Ces différents facteurs sont particulièrement présents dans les plaquettes sanguines d'où l'idée d'injecter un concentré de ses propres plaquettes sanguines qu'on appelle PRP.

Comment obtient-on le PRP ?

Pour obtenir du PRP, il suffit de prélever du sang au patient et de placer ce sang dans une centrifugeuse pendant quelques minutes  puis de récupérer la partie du prélèvement où se situe les plaquettes sanguines  en grande quantité.

Le PRP est alors prêt à être injecté.

Quelles sont les indications du PRP ?

Les indications du PRP sont en théorie toutes les lésions mécaniques des tissus mous de l'appareil locomoteur : tendons, muscles, ligaments ainsi que le cartilage articulaire.

    a) Les tendons :

 Toutes les lésions intra-tendineuses (tendinopathie vraie) sont accessibles au traitement par PRP.
  Cependant, d'un point de vue pratique, du fait de la complexité du traitement et du coût relativement élevé, le traitement par PRP est réservé au tendinopathies rebelles au traitement classiques : kinésithérapie (MTP, travail excentrique), infiltration et ondes de choc.

Les indications principales sont :

    Les tendinites rotuliennes de pointe (souvent très difficiles à guérir par un traitement classique)

        Les épicondylites et épitrochléites

        Les tendinites d'Achille

        Les aponévrosites plantaires ("épine calcanéenne" ou fasciite plantaire)

        Les tendinites d'épaule ne sont par contre pas une bonne indication du traitement par PRP

    b) Les lésions musculaires :

  En cas de déchirure musculaire, le PRP peut accélérer la cicatrisation mais dans la majorité des cas un traitement fonctionnel bien conduit (cf. lésions musculaires) suffit à guérir ces lésions et ne nécessite pas le recours au traitement par PRP.

A contrario, dans les lésions chroniques, le PRP a toute sa place.

    c) Les lésions ligamentaires :

Certaines entorses, en particulier les entorses internes du genou laissent souvent des douleurs pendant plusieurs mois et s'apparente au tendinite chronique. Le traitement peut alors être proposé.

    d) L'arthrose :

  Il s'agit, là aussi, d'une dégénerescence mais cette fois du cartilage avec les lésions ultra-microscopiques très semblables. Le traitement par PRP peut alors être utile en complément des traitements habituels que sont la kinésithérapie et la visco-supplémentation (injection d'Acide hyaluronique). 

Comment se fait le traitement par PRP ?

Une fois l'indication du traitement par PRP posé, la séance d'injection est programmée.

La séance débute par un prélèvement de 15 ml de sang au pli du coude (comme une prise de sang classique). Le sang est ensuite placé dans une centrifugeuse pendant quelques minutes.

Une fois le PRP recueilli, l'injection est effectuée immédiatement dans la structure prévue sous contrôle échographique.

Pour des raisons de compatibilité biologique, il ne peut pas être réalisé d'anesthésie locale. De ce fait, l'injection peut être un peu douloureuse. Cette injection ne dure que quelques secondes.

Dans les suites, il est demandé de garder l'articulation au repos pendant 48 H. Par la suite, un programme de rééducation est donné afin de favoriser la cicatrisation de la structure.

Quels sont les risques du traitement par PRP ?

  Dans la mesure où il s'agit du propre sang du patient, il n'y a aucun risque lié à la transmission de maladie comme pour les transfusions sanguines.

Les seuls risques sont ceux liés à toute injection dans le corps humain c'est-à-dire essentiellement une contamination par un germe lors de la préparation ou de l'injection du PRP et l'infection de la zone infiltrée. Les risque est très faible (1 cas sur 71 000) : arthrite septique ou abcès. Tout gonflement douloureux et chaud avec fièvre dans les jours qui suivent l'injection doit être notifié rapidement au médecin pour adapter au plus vite l'exploration et le traitement de cette infection.

Le malaise vagal simple est toujours possible. Il se manifeste par des sueurs profuses associées à
une baisse de la tension, une baisse du rythme cardiaque voir à une perte de connaissance brève.
Il est le plus souvent bénin et transitoire et survient pendant ou au décours du geste. Dans ce cas,
le simple repos avec les jambes surélevées suffit pour faire disparaître ce malaise. Ce risque est très faible (moins de 1/100 000). 

Le point de ponction peut rester douloureux pendant quelques heures, douleur qui s'estompe
spontanément ou après la prise d'un antalgique.

Y a-t-il des contre-indications au traitement par PRP ?

 La seule véritable contre-indication au traitement est une mauvaise indication : une tendinite inflammatoire, une péritendinite... Un bilan clinique et paraclinique (échographie) est donc essentiel pour poser un bon diagnostic et la bonne indication du traitement par PRP

Affections intercurrentes :

N'oubliez pas de signaler au médecin toute affection ou symptôme dont vous pourriez souffrir, et en particulier :

    - Si vous suivez un traitement anticoagulant par voie orale (Previscan, Sintrom) ou par
injection (Héparine, HBPM), ou fluidifiant du sang (Plavix, Ticlid).
    - Si vous êtes allergique en particulier aux produits iodés ou sujet aux malaises.
    - Si vous avez actuellement une maladie infectieuse, ou si vous avez eu récemment une
fièvre ou une infection cutanée.
    - Si vous êtes enceinte ou si vous allaitez.
Toutes ces situations ne sont pas des contre-indications formelles à l'injection, et votre médecin
en tiendra compte pour juger de l'opportunité de réaliser l'injection, ou de la nécessité de prendre des précautions supplémentaires ou d'effectuer une surveillance particulière.

Combien coûte un traitement par PRP ?

 Actuellement, le traitement par PRP n'est pas pris en charge par les caisses de Sécurité Sociale. Seule l'injection est remboursée. Il reste à charge pour le patient le coût du matériel utilisé et du temps de préparation du PRP.


mise à jour 04/09/2015




Accueil Qui sommes-nous ? Charte Qualité Contactez-nous
Avertissement : Tout diagnostic et traitement repose sur un examen clinique nécessitant la présence physique du patient. En conséquence, aucune consultation par l'internet ne pourra être donnée.

Ce site est un site indépendant qui ne bénéficie d'aucun financement extérieur.

Copyright © 2001 by Bertrand Rousseau. All rights reserved