banniere
Accueil                  Qui sommes-nous ?                 Charte Qualité                     Contactez-nous

 

Accueil
Qui sommes-nous ?
Charte Qualité
Contactez-nous

 
Anatomie
Tendinite

Capsulite Rétractile


Épicondylite


Entorse du genou
Quoi faire devant une entorse ?
Rupture du LCA

LCA opéré

Syndrome Rotulien
Gonarthrose

Cheville
Entorse de cheville

Prévention des entorses
Tendinite d'Achille

Rupture du Tendon d'Achille

Dos
Douleur de dos

Lombalgie Prévention 
Lombalgie Exercices

Dos & Grossesse
Hernie discale opérée

Muscles
Accident Musculaire

Traitement des Accidents Musculaires

Tennis-Leg

Divers

Conseils au Sportif

Accidents Sportifs

Gym & croissance

Appareillage

Ondes de choc

Traitement par PRP

 


Accueil > muscle > tennis-Leg

Tennis-Leg


Qu'est-ce qu'un Tennis-Leg ?

Le tennis-leg correspond à une désinsertion de l'attache terminale d'un des 3 chefs musculaires du triceps sural (mollet), le jumeau interne (gastrocnémien médial). Il s'agit donc d'un accident musculaire. Le nom de cet accident est dû au fait qu'il s'agit d'un accident fréquent en tennis d'où le terme de tennis-leg (littéralement, jambe du tennis).

Cet accident est lié à la structure du triceps sural, muscle du mollet, composé de 3 chefs musculaires, le soléaire (le plus profond), le jumeau interne et le jumeau externe (gastrocnémien médial et latéral). Le soléaire s'attache à la partie haute du tibia et du péroné, les jumeaux sur le fémur au-dessus du genou. Le triceps s'attache en bas sur le calcanéum par l'intermédiaire d'un tendon commun, le tendon d'Achille.

La lésion exacte est une désinsertion du jumeau sur la lame aponévrotique commune avec le soléaire. Pour imager la lésion, le jumeau interne est collé en bas sur le soléaire et lors de l'accident, il se décolle et glisse un peu vers le haut. Il se produit en général un hématome dans cet espace de décollement entraînant la douleur et la boiterie.

 

Comment se fait-on un tennis-leg ?

 Le tennis-leg survient comme les autres accidents musculaires lors d'un démarrage brutale. La flexion de la cheville étire le triceps alors que survient une contraction brutale et prématurée du triceps. Les forces opposées entraînent le décollement du jumeau. Un autre mécanisme, plus rare, consiste en une chute à skis en avant avec un étirement maximal du triceps.

Un des facteurs favorisants de cet accident est l'âge. En effet, il est rare de rencontrer ce type d'accident avant 40 ans. L'explication est sans doute la diminution des capacités d'étirement du jumeau interne avec l'âge.

Cet accident survient le plus souvent sur des sports avec des démarrages brutaux (tennis, squash, badminton) mais peut se voir dans la vie courante lors d'un démarrage brutal pour courir.

Comment le suspecter ?

Le diagnostic est en général facile. L'attention est immédiatement attirée vers le mollet après l'accident. Le sportif ayant souvent la sensation qu'il a reçu un coup ou une balle de tennis dans le mollet. La douleur est présente dans le mollet et la boiterie est plus ou moins importante avec possibilité d'impossibilité de poser le pied. Dans un second temps, le mollet peut gonfler et une ecchymose peut apparaître.

La grosse difficulté et le grand danger est de confondre un tennis-leg avec une rupture du tendon d'Achille. Un avis médical avisé est donc indispensable. Il ne faut jamais oublier que l'on peut marcher même avec un tendon d'Achille rompu.

Que faire en urgence, sur le terrain

A la suite de la blessure, il faut :

Arrêter impérativement le sport, la poursuite du sport pouvant aggraver les lésions.
Mettre au repos la partie atteinte de telle façon que le blessé n'ait pas mal. Ceci peut se faire par le simple arrêt du sport mais peut aussi aller jusqu'à l'immobilisation par un bandage ou l'interdiction d'appui sur la jambe atteinte.
Refroidir la blessure avec de l'eau fraîche ou de la glace (en ayant soin d'intercaler un linge entre la peau et la glace pour éviter les brûlures par le froid) afin de diminuer l'inflammation.
Mettre en place un bandage modérément serré et surélever la partie atteinte par rapport au niveau du thorax.

Par la suite, il est impératif de consulter un médecin pour faire le diagnostic exact, déterminer l'importance de la déchirure du jumeau interne et mettre en place un traitement adéquate.

Comment faire le diagnostic ?

Le diagnostic doit être fait par un médecin, seul professionnel de santé a avoir la compétence diagnostique.

La discussion avec la patient permettra de définir les circonstances de l'accident, d'évaluer la douleur et l'impotence fonctionnelle ainsi que les premiers traitements effectués.

L'examen clinique permettra d'éliminer une rupture du tendon d'Achille par quelques manœuvres très simples et s'orientera vers le jumeau interne.

L'échographie permettra de confirmer la désinsertion du jumeau interne et surtout d'évaluer l'importance de l'hématome. Il est important d'évaluer cet hématome car en fonction de de son volume, il sera peut-être nécessaire de l'évacuer par ponction.

Échographie du jumeau interne : coupe sagittale (a) et transversale (b). Forme classique de désinsertion du jumeau interne avec une large zone de décollement s'étalant entre les jumeaux interne et soléaire, liquidienne, à ponctionner et à évacuer.

Quel traitement proposer ?

Le traitement du tennis-leg est calqué sur le traitement des accidents musculaires.

Le traitement ancien mais qui reste souvent proposé est le traitement orthopédique avec interdiction d'appui  sous couvert de cannes anglaises pendant 15 jours à 3 semaines. Le gros inconvénient de ce traitement, outre les risques de phlébite, est que le jumeau interne va se coller en position courte et que lorsque que la personne va reprendre le sport, elle va présenter un nouvel accident.

Dans les premiers jours, il faut impérativement empêcher l'hématome de se former ou d'augmenter de volume grâce à la mise en place d'une bande de contention grade 2 qui part des orteils jusqu'au genou et qui sera mise en permanence.

Le traitement fonctionnel consiste à reprendre la marche le plus précocement possible tout en respectant la douleur. Cela peut donc nécessité quelques jours avec une marche aidée par des cannes anglaises. Très rapidement, il faudra commencer une kinésithérapie qui a pour but de rétablir le fonctionnement actif du triceps en alternant des mobilisations actives de la cheville en flexion - extension et en rééduquant la marche.

L'autre particularité des tennis-leg est la présence d'un hématome qui peut être volumineux. Dans ce cas, il faudra prévoir une ponction pour l'évacuer sous contrôle échographique.

Quand reprendre le sport ?

La reprise du sport est très variable, comme dans tous les accidents musculaires, en fonction de l'importance du tennsi-leg et surtout en fonction de l'importance de l'hématome.

La durée d'arrêt du sport  est rarement inférieure à 3 semaines et peut aller jusqu'à plusieurs mois quand l'hématome persiste.

La reprise du sport se fait comme toujours après un arrêt sportif de façon très progressive sous peine de récidive ou de faire une autre pathologie (tendineuse par exemple). Dans les tennis-leg, il est possible de reprendre la natation et la vélo assez précocement. La reprise de la course à pied se fait lorsqu'il n'y a plus de douleur dans la vie quotidienne  et lorsque les tests cliniques (étirement, contraction et palpation du mollet) sont normaux.


Pages complémentaires :
                                            [accidents musculaires]


Accueil Qui sommes-nous ? Charte Qualité Contactez-nous
Avertissement : Tout diagnostic et traitement repose sur un examen clinique nécessitant la présence physique du patient. En conséquence, aucune consultation par l'internet ne pourra être donnée.

Ce site est un site indépendant qui ne bénéficie d'aucun financement extérieur.

Copyright © 2001 by Bertrand Rousseau. All rights reserved